La Silicon Valley est en marche

Le secteur financier va devoir, à son tour, s’adapter aux technologies émergentes. Et aux attentes très différentes des «Millenials», ces jeunes gens nés entre 1980 et 2000

Sourced through Scoop.it from: www.letemps.ch

See on Scoop.itBernard Darty

Publicités

La roue de la fortune

La roue de fortune relève d’un concept des mythologies antique et médiévale pour caractériser la nature capricieuse du destin. Aujourd’hui, nous avons décidé d’aborder ce sujet passionnant avec Bernard Darty qu’est la fortune. Origine du mot fortune Dans la mythologie romaine, la fortune dite « Fortuna », signifie la personnification de la chance et du hasard. Sous

Sourced through Scoop.it from: www.bernard-darty.com

See on Scoop.itBernard Darty

Les startups chinoises qui valent une fortune

Désormais la Chine se place à peu près au même niveau que les Etats-Unis en termes de création de startups plus innovantes du monde.

Dans le classement 2014 du magazine américain Fast Company, nous retrouvons plus d’une dizaine de startups chinoises qui en valent déjà une fortune font partie de la famille de l’innovation numérique. Quelles sont les startups chinoises à suivre?

Geak

Cette startup a de quoi concurrencé l’iWatch d’Apple avec sa smartwatch. Celle-ci fonctionne sous Android et propose plus de fonctionnalités que celles des concurrents. La différence avec les autres est la détection de l’humeur, mesure du sommeil de la personne qui la porte.

Greebox

Cette startup a bousculé le monde de la vente en ligne des vêtements pour enfant en créant son propre site. Face à son succès fulgurant, la marque a même été sollicitée par Disney pour un futur partenariat afin de produire une ligne de vêtements pour les personnages des dessins animés.

Avec ses vêtements insolites et aux formes originales, la marque a fait fortune dans le monde de la mode en ligne.

Kandi Technologies

La startup est sorti des sentiers battus des constructeurs automobiles avec l’installation de distributeurs automatiques de véhicules électriques loués à l’heure. Le service a fait sa révolution dans plusieurs villes chinoises.

Avec la croissance économique, la Chine est désormais une terre propice à l’innovation et à la création d’entreprise te beaucoup de famille arrive à faire fortune.

Retrouvez sur maddyness.com les autes startups chinoises ayant fait une grande fortune en innovant.

Bernard Darty

Les petits génies du web ayant fait fortune!

Vous vous souvenez sans doute de ce jeune londoniens du nom de Nick D’Aloisio qui avait développé une application et vendu par la suite à Yahoo ce qui lui a permis de faire fortune à l’âge de 17 ans dans la famille du numérique.

Désormais, il n’est pas le seul, depuis 2013 d’autres Mozart du web ont su transformer leur bonne idée en richesse. Bien avant lui, d’autres avaient réussi à faire fortune grâce à leur idée, en voici deux exemples.

Adam Hildreth

adam hildrethConnu grâce à son site Dubit crée avec des amis, un monde virtuel destiné aux adolescents avec des produits dérivés sur le web.

Cette entreprise lui donne d’autres idées de génies, il crée par la suite Crisp Thinking qui propose des solutions afin de lutter contre les indésirables. Ainsi, en 2004, Adam, la grande fierté de sa famille fut sélectionné parmi les 20 adolescents les plus fortunés de la Grande Bretagne.

Josh Buckley

josh buckleyCe surdoué britannique, soutenu par sa famille s’est fait un nom à la Silicon Valley comme son compatriote Nick D’Aloisio, après avoir vendu sa première entreprise à l’âge de 15 ans , il fonde MinoMonsters.

Cette société nouvellement créée développe des jeux vidéos pour mobile. Son talent lui vaut une sélection pour le programme Y Combinator. En 2010, il lève un millions de dollars auprès de plusieurs investisseurs.

Vous trouverez l’aventure des autres génies du web ayant fait fortune avant l’âge de 20 ans sur latribune.fr

Les nouvelles technologies dans la culture d’entreprise

Lorsqu’on parle de nouvelles technologies au sein de l’entreprise, on passe systématiquement aux DSI (Directions des Systèmes d’information), ce qui est une erreur. Il s’agirait plutôt de réunir l’ensemble des départements, notamment les ressources humaines afin de mettre en place et adopter une solution acceptable par tous.

Le département des ressources humaines en première ligne

Aujourd’hui, les nouvelles technologies nous obligent à changer nos méthodes d’organisation à la fois au sein de nos entreprises et nos familles. Dans l’ancienne configuration, c’est la DSI qui choisit et retient le bon logiciel avant de la présenter à la direction générale, ensuite vient la présentation du projet aux salariés.

Cette manière de faire est révolue, c’est désormais les Ressources humaines qui doivent prendre l’initiative et travailler en collaboration avec la DSI dans le seul but de piloter un changement plus large dans la culture d’entreprise avant, pendant et après la phase du déploiement du projet technologique.

La gestion du changement humain

Dans les entreprises, c’est aux RH d’informer les cadres supérieures dans différents sites sur les nouvelles technologies adoptées. L’implication des ressources humaines dans la gestion du changement technologique permet d’identifier l’expertise technique au sein du personnel (c’est fortune humaine).

Construire une culture d’entreprise avec les RH

L’une des clés de réussite pour accompagner l’implémentation des nouvelles solutions logicielles est de mettre le personnel en avant. C’est à partir de ce moment que l’implémentation atteindra son potentiel maximal.

Bernard Darty

Bernard Darty : un entrepreneur hors pair

L’histoire de Bernard Darty est fortement rattachée à celle de la marque au logo rouge et blanc. Henri Darty, le père était un ouvrier tailleur dans le XXe arrondissement de Paris qui confectionnait des vêtements sur mesure près de la Porte de Montreuil. Après ses études commerciales au Lycée Turgot et un service militaire de plusieurs mois, Bernard Darty intègre l’entreprise familiale aux côtés de son père et de ses deux frères Marcel et Natan.

Ainsi, dans le cadre d’un projet d’agrandissement du petit magasin (30 m²) de confection et de vente de vêtements, la société de la famille Darty décide d’acquéreur le fonds de commerce du magasin voisin dans lequel étaient vendus des radios, TV et électroménager l’époque, la ville, propriétaire des murs, refuse la transformation du bail dans le but de préserver l’équilibre du marché local.

Pour écouler les marchandises du commerce voisin, les frères Darty s’emploient à exposer les produits sur le trottoir comme cela se faisait pour les vêtements. Le stock d’électroménager a été entièrement liquidé en quelques jours seulement. C’est à partir de ce succès que Bernard Darty et ses frères (Natan et Marcel) décident alors de diversifier leur activité en ajoutant des appareils électrodomestiques. Ensemble, Bernard Darty et ses deux frères participent à l’essor de l’entreprise familiale. Il se charge ainsi, des achats, de la gestion des stocks et de la publicité.

Dix ans après l’agrandissement du magasin, c’est-à-dire en 1967, Bernard Darty a fait un voyage d’information organisé par un fournisseur aux États-Unis, où il a pu visiter les grandes surfaces spécialisées américaines. Avec leur taille dix fois supérieure à celles connues en France, ces grandes surfaces offraient à leurs clients un très vaste choix de produits et des prix bas mais sans service. A son retour des Etats-Unis, Bernard Darty s’en inspire de ce concept et y ajoute d’ans l’offre de l’entreprise de manière inédite pour l’époque la livraison et le service après-vente inclus dans le prix et effectué en interne. Ces opérations qui étaient alors généralement réalisées par les fabricants.

Dès lors, la première grande surface d’appareils électrodomestiques voit le jour à Bondy en mai 1968. En 1973, l’entreprise Darty et ses collaborateurs furent formellement engagés au respect de la promesse commerciale du plus grand choix, du prix le plus bas et des services les plus complets et les meilleurs avec l’inscription du célèbre Contrat de Confiance (marque déposée) dans les dispositions.

En 1974, Bernard Darty prend la tête de la société en devenant Président-directeur général. Il se lance dans une démarche d’informatisation de la gestion confiée à des équipes internes. C’est le début du success story, avec le développement de l’entreprise Darty en province et ouvre la première filiale régionale à Rhône-Alpes. Suivront ainsi, cinq autres filiales régionales bénéficiant d’une large autonomie. La même année le plus grand entrepôt d’Europe dans le secteur d’électroménager a été ouvert par la société de la famille Darty à Mitry-Mory en région parisienne (40 000 m2 couverts). La société compte alors environ 900 salariés avec un entrepôt, 11 magasins, 45 camions qui effectuent plus de 400 livraisons par jour et 50 camionnettes pour le service après-vente.

A partir d’Octobre 1976, le groupe Darty est coté à la bourse de Paris, avec le quart du capital ouvert au public. La création du CAC40, Darty y figure en bonne place. Darty confirme durant plusieurs années sa première place dans la vente des produits électrodomestiques dans toute la France.

Très rapidement, la participation des salariés aux fruits de l’expansion de l’entreprise et de sa fortune fut mise en place par les frères Darty. Ainsi, la société de la famille Darty devient la première société à réaliser une distribution gratuite d’actions comme le permet la loi de 1980. En plus de la distribution gratuite d’actions, des plans d’achat d’actions pour l’ensemble du personnel ont pris place dans l’engagement de l’entreprise. Ainsi, en devenant actionnaire, ce dernier est pleinement associé au capital du groupe.

En 1987, Bernard Darty devient le président du conseil de surveillance avec la modification des statuts de la société par ses soins. En avril 1988, l’entreprise est rachetée par ses salariés à son initiative. Ce rachat a été facilité par les opérations précédentes d’association du personnel au capital (fortune) de l’entreprise (participation des salariés, distribution d’actions etc.). Cet acte, à cette époque était le plus grand R.E.S jamais réalisé en Europe.

Désormais, le capital du groupe Darty est alors détenu par la Financière Darty à 95,3%. Cette financière est constituée par les salariés (plus de 90 % du personnel participe à l’opération), les managers, la famille Darty et quelques banquiers proches du groupe. L’ensemble des salariés et du management du groupe possède la majorité du capital de la Financière Darty.
En 1993, Bernard Darty s’éloignent du monde des affaires en quittant toutes ses fonctions au sein de l’entreprise à la suite du rapprochement de Darty avec le groupe britannique Kingfisher qui en prend le contrôle financier.

Aujourd’hui, Darty compte 137 magasins, emploie à peu près 7 000 personnes avec un chiffre d’affaires multiplié par 13 et un bénéfice net par multiplié 20 (une petite fortune pour l’entreprise) depuis son introduction en bourse. Les rapports annuels de 1975-1976 du groupe Darty sont consultables sur dropbox.com.

Bernard Darty contribue également à la recherche scientifique en soutenant des projets d’études. Avec sa famille, il consacre une partie de leur fortune à Fondation Michelle Darty créée par son frère Natan et sa femme. Une institution reconnue d’utilité publique qui participe à la conception et la mise en place de centres de vie et d’activités à destination des handicapés mentaux. Bernard Darty est officier de la Légion d’honneur.